[Arcadium Coffee] Projet Création d’entreprise

Encore un nouveau projet IG2I ! Je ne sais pas si c’est à cause de la fin de l’année scolaire, mais j’ai l’impression d’avoir de plus en plus de boulot, moi… Je clos immédiatement cette parenthèse pour aborder le vif du sujet.

Cadre du projet

Le thème de ce nouveau projet au sein de notre enseignement en communication est la création d’entreprise. D’après l’INSEE, ce ne sont pas moi de 25 484 entreprises qui ont vu le jour en mars 2013. On notera quand même que la moitié de ce nombre est constitué des auto-entreprises, qui suivent un régime particulier en terme de fiscalité ou d’accompagnement, par exemple. Au vu de ces chiffres, il est tout à faire normal de parler d’entrepreneuriat (et non pas d’entreprenariat, soit dit en passant) dans notre formation. Le but de l’exercice sera de préparer un dossier de création d’entreprise et de le défendre lors d’un oral à la manière d’entrepreneurs face à des investisseurs potentiels.

Pour ce projet, je me retrouve une nouvelle fois avec kindermoumoute. Après quelques minutes (voire secondes) de réflexion, nous nous étions posés un thème : le jeu vidéo. Bien évidemment, il fallait être plus précis que cela. Notre choix s’est porté sur une salle d’arcade. J’ai toujours eu envie de collectionner les consoles des années 90, et là, on nous donne l’opportunité de rendre ce genre de rêves un peu plus concret.

Monter le dossier

Maintenant que le décor est planté, il s’agit de coucher tout ça sur le papier, même si on risque d’en coucher plus sur un écran que sur du papier. Le dossier a besoin de plusieurs éléments différents, je vais m’attarder sur quelques-uns d’entre eux.

Une image pour nous représenter

Lors qu’il a fallu commencer, mon instinct d’infographiste a repris le dessus, puisque la chose la plus importante qui me soit venue à l’esprit était de nous concocter un logo d’enfer. Je voyais du noir et du gris, le tout avec une couleur-base la plus puissante possible pour donner à l’ensemble une ambience sobre au possible, et en même temps une bonne dose de peps et d’énergi et une police aux allures de celles qu’on utilisait « à l’époque » (Emulator pour ceux que ça intéresse). Avec, bien évidemment, de quoi placer une référence au monde de l’arcade et du jeu vidéo. Voici donc non pas un, mais quatre logos que j’ai dessinés, sachant que j’ai une préférence pour le logo à base orange. Kindermoumoute a soulevé l’idée que nous n’avions pas forcément à choisir un unique logo, par exemple dans le cas d’un site web où le logo pourrait aisément changer d’une page à l’autre.

Bon, c’est peut-être un poil répétitif, mais je suis certain qu’on peut travailler de super trucs tout en restant sur le même arrière-plan.

Le bouquet final

Lorsqu’on lui a présenté notre idée, notre professeur n’était pas vraiment convaincu. Quand j’ai vu ça, j’ai pensé : « Je vais trouver quelque chose pour lui en mettre plein la vue ». Et j’ai trouvé.

Un peu plus haut, je parlais de « rendre ce genre de rêves un peu plus concret ». Et bien j’ai poussé le réalisme encore plus loin en développant une maquette du genre d’endroit que pourrait être l’Arcadium Coffee grâce au formidable outil qu’est SketchUp. Je suis parti sur un petit local d’environ 200 m², et j’ai composé à partir de là. J’ai essayé de maintenir l’ensemble dans la sobriété un fois de plus, tout en rappelant la diversité du monde du jeu vidéo. La plupart du mobilier et des objets sont directement importés de 3D Warehouse et permettent une visualisation bien précise de la salle que pourrait être l’Arcadium Coffee.

Et pour pousser le vice un peu plus loin, plutôt que de simplement montrer le modèle 3D à notre chère professeur, je me suis attelé à enregistrer une petite visite virtuelle de l’endroit, et à le monter joliment. En revanche, je n’ai pas réussi à retirer le curseur de l’image dans la mesure où j’avais des manipulations à faire.


Bon les utilisateurs de SketchUp, le modèle n’est pas disponible sur 3D Warehouse à cause de sa taille, mais je l’ai tout de même téléchargé sur Drive et vous pourrez l’avoir en cliquant ici.

Y’a plus qu’à…

Comme pour toute intervention orale qui se respecte, il faut un diaporama. Pour le nôtre, j’ai préféré rester très sobre dans les couleurs, un gris anthracite piqué, avec la même police que pour les logos. Le plan est plus ou moins imposé et quelques termes techniques également. Le tout est créé sur Keynote, de chez Apple, une fois encore.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voilà, après ce ne sont plus que de petits détails à régler avant la présentation. J’espère que ça va bien se passer. D’ailleurs, si vous avez une remarque, une idée ou une question, n’hésitez pas à commenter cet article, je serai heureux de vous répondre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *